Il n’y a que les riches qui peuvent acheter de la merde

Il n’y a que les riches qui peuvent acheter de la merde

 – Un ancien collègue

TL;DR: Quand on achète à bas prix, on risque d’acheter un produit au cycle de vie volontairement court et au final payer plusieurs fois le prix d’un modèle plus onéreux.

Traduction

Non, les riches n’achètent pas des trucs de merdes, de l’entrée de gamme, tout ça…

Seuls les « pauvres » ou les personnes modestes le font. Elles achètent le matériel premier prix, la bouffe premier prix, les vêtements premier prix. Mais à quel prix ?

Au prix de devoir renouveler plus fréquemment leur matériel car ce matériel sera de moins bonne qualité et au final se retrouver à payer plus.

Exemple personnel

Il y a 3 ans, j’ai acheté une tondeuse à gazon (thermique) pour pouvoir entretenir mon jardin.

Je me rends dans une boutique spécialisée, discute des modèles et prix, puis ressors de là avec une tondeuse (d’une marque bien connue et réputée), avec un moteur (d’une marque bien connue et réputée), adaptée à la surface de mon terrain et soulagé de plusieurs centaines d’euros (environ 400 ou 450€).

Pendant les 2 premières périodes printemps/été la tondeuse fonctionne bien, démarre bien. Bref, c’est le bonheur.

Puis, un jour, impossible de la démarrer. La poignée du lanceur se bloque quand je tire et la tondeuse fait de gros bruits de claquement…
La tondeuse tombe en panne, après une petite vingtaine d’utilisations.

Je contacte mon frère (ancien mécanicien parc et jardin) pour soumettre la bête, morte, à son expertise.

(attention, ça devient technique…)
Il ouvre le moteur et découvre  que les guides de soupapes sont usés et, par conséquent, l’huile rentre dans le moteur ce qui explique que ça ne démarre pas et que je me prenne de gros retours de lanceur.
En temps normal, ces guides sont des pièces d’usure, mais pas sur ma machine.
Dans le cas présent, ils sont en fait de simples trous dans le moteur, sans chemise (habituellement, la chemise est la pièces qui s’use et qu’on peut remplacer).

Il poursuit son exploration et découvre également que des pièces mécaniques, comme l’arbre à came et le pignon de sortie du moteur, sont en plastique… Il remarque également que le piston est recouvert d’un revêtement ressemblant à de la peinture, les segments sont de mauvaise qualité et ont rayé le cylindre…

Pour résumé, il m’explique simplement que, même si je n’avais pas eu la panne actuelle (les guides de soupapes usés), ce moteur n’aurait pas fait de vieux os.
L’obsolescence programmée (ou prévue) dans tout sa grandeur :(

Conséquence : je suis bon pour me reprendre une machine (neuve ou d’occasion) et claquer de nouveau quelques centaines d’euros.
Ainsi, je vais me retrouver avec une facture globale (sur 3 ans) égale ou supérieure à l’achat d’une machine professionnelle (ou presque) qui aurait tenu quelques années de plus et aurait pu être réparable…

DNS local et VirtualDocumentRoot

Mon besoin

Au quotidien, je souhaitais pouvoir bosser rapidement sur des petits projets, souvent des POC, sans avoir à me coltiner la config du host qui va bien ni celle d’Apache.
Je voulais « simplement » pouvoir créer un dossier et que celui-ci soit directement accessible un domaine (+ sous-domaine) sur ma propre machine.

Exemple : www.loicg.dev.com correspondant à un vhost dans un dossier workspace/loicg/www/

La solution : Un serveur DNS en local, que m’a présenté mon barbu intégriste préféré.

Continuer la lecture de DNS local et VirtualDocumentRoot

La veille du week-end (quarante-septième)

Bonjour et bienvenue dans cette quarante-septième édition de la veille du week-end.

Cette semaine :

Et voici les perles récoltées cette semaine :

Continuer la lecture de La veille du week-end (quarante-septième)